jeudi 6 novembre 2014

11ème Salon des Séries et du Doublage (samedi 22 novembre 2014)

Voici le programme du prochain Salon des Séries et du Doublage. J'aurai le plaisir d'y animer la rencontre "Doublage de Papa Schultz / Hommage à Philippe Dumat" à 16h.


Le Salon des Séries et du Doublage  fait cette année sa 11ème édition !

Samedi 22 novembre 2014 à la Maison des Mines (Paris Vème), les fans clubs (Friends, Les Mystères de l’Ouest, Star Trek, etc.) se réuniront en nombre pour présenter sur leurs stands ou lors de rencontres conviviales leurs séries préférées au grand public.

Série française à succès, Scènes de ménages sera représentée par les comédiens Gérard Hernandez (Raymond), Marion Game (Huguette) et Frédéric Bouraly (José).
Les héros mythiques du roman policier anglais seront à l’honneur dans deux rencontres : une  autour des adaptations cinématographiques et télévisées de l’œuvre d’Agatha Christie en France (en présence du réalisateur Pascal Thomas et de l’équipe des Petits Meurtres d’Agatha Christie), et une sur le doublage des séries Hercule Poirot et Sherlock.
Les fans de superhéros ne seront pas oubliés avec une rencontre sur le doublage des  films de la saga X-Men.
Deux hommages seront rendus : l’un à Louis de Funès par plusieurs membres de la distribution des Fantômas et des Gendarmes, l’autre au « pape » du doublage Philippe Dumat en compagnie des voix françaises de la série Papa Schultz et de plusieurs invités-surprises.


INFOS PRATIQUES :

Lieu : Maison des mines, 270 rue Saint-Jacques, 75005 Paris
Accès : RER Luxembourg ou Port-Royal, lignes de bus 21, 27 (arrêt Feuillantines) et 38 (arrêt Val de Grâce)
Horaires d’ouverture : Samedi 22 novembre 2014, de 10h à 18h
Prix : 3€ par débat
Renseignements : 06 33 69 35 45 ou www.serialement-votre.fr

  
PROGRAMME DES DEBATS :

-Louis de Funès: du Gendarme à Fantômas (11h-12h30) avec Patrick Préjean (Maréchal des logis Perlin dans Le Gendarme et les Gendarmettes), Nicaise Jean-Louis (Yo Macumba dans Le Gendarme et les Gendarmettes) et Jean-Jacques Jelot-Blanc (biographe de Louis de Funès)

-Doublage : Quand Poirot rencontre Sherlock (11h-12h30) avec les comédiens Philippe Ariotti (nouvelle voix de Poirot dans la série Hercule Poirot), Jean Roche (voix du Capitaine Hastings dans la série Hercule Poirot), Gilles Morvan (voix de Sherlock dans la série Sherlock), Yann Peira (voix de Watson dans la série Sherlock), Cédric Dumond (voix de Moriarty dans la série Sherlock), Laurence Crouzet (voix d’Irene Adler dans la série Sherlock), Julia Roche (adaptatrice des dialogues de la série Hercule Poirot) et Philippe Lebeau (adaptateur des dialogues de la série Sherlock)

- Agatha Christie’s Reboot (14h-15h30) avec Pascal Thomas (réalisateur de Mon petit doigt m’a dit…), Serge Dubois (Brigadier-chef Ménard dans Les Petits Meurtres d’Agatha Christie), Sylvie Simon (scénariste des Petits Meurtres d’Agatha Christie) et Delphine Cingal (maître de conférence à la Sorbonne, littérature policière anglo-saxonne) 

- Doublage : Les X-Men au cinéma (14h-15h30) avec Joël Zaffarano (voix de Wolverine), Juliette Degenne (voix du Dr Jean Grey), Géraldine Asselin (voix de Tornade), Constantin Pappas (voix du Dr Bolivar Trask), Victor Naudet (voix de Vif-Argent) et Joël Savdié (adaptateur des dialogues)

- Scènes de ménages, une série contemporaine ? (16h-17h30) avec les comédiens Gérard Hernandez (Raymond), Marion Game (Huguette) et Frédéric Bouraly (José)

- « Che n’ai rrrien fu, rrrien entendu » : Doublage de Papa Schultz et hommage à Philippe Dumat (16h-17h30) avec Patrick Floersheim (voix du Colonel Hogan), Régis Ivanov (voix de Kinch), Roger Lumont (voix du Général Burkhalter et du Major Hochstetter), Michel Mella (voix de Newkirk), Michel Muller (voix de LeBeau), Odile Schmitt (voix de Hilda) et plusieurs invités-surprises.


-Invités présents sous réserve. Accès aux rencontres dans la limite des places disponibles.
-Chaque rencontre sera suivie d’une séance de dédicaces d’une vingtaine de minutes.

Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

mardi 14 octobre 2014

La semaine prochaine...




Trois spectacles à ne pas rater la semaine prochaine:

-Mon manège à moi: mes 400 coups, spectacle drôle et émouvant de François Constantin, "bête de scène", percussionniste et chanteur de grand talent. François rend hommage à son père Jean Constantin, grand auteur-compositeur-interprète ("Mon manège à moi" pour Edith Piaf, "Ma gigolette" pour Yves Montand, "Mon truc en plume" pour Zizi Jeanmaire) à l'univers comico-poétique, rythmiquement inspiré par les musiques d'Amérique du Sud, dont il fut avec Henri Salvador l'un des premiers "importateurs" en France.
Cette représentation du mardi 21 octobre à 20h au Théâtre l'Européen à Paris (avant une série au Théâtre des Déchargeurs) est exceptionnelle car la famille Constantin sera réunie au grand complet sur scène pour interpréter une ou plusieurs chansons: Lucie Dolène (merveilleuse voix française de Blanche-Neige en 1962, voix de Madame Samovar dans La Belle et la Bête), Olivier Constantin (voix de Jack dans L'étrange Noël de Monsieur Jack, voix chantée du Prince dans le redoublage de La Belle au Bois dormant), Virginia Constantine (superbe chanteuse de jazz), etc.
Infos et réservations: 
http://www.leuropeen.info/index.php?wh=programme&evt=717#717


-Après quelques mois d'absence, les soirées "Dans l'ombre des studios" reprennent à L'Auguste Théâtre. Vendredi 24 octobre à 21h, les comédiens-chanteurs Michel Mella et Barbara Tissier (deux grandes voix du doublage), accompagnés au piano et au chant par Patrick Vilbert, présentent une nouvelle version de Mella-Pression!, avec de nouvelles chansons, sans sucre ajouté.
Infos:
http://augustetheatre.com/mella-pression
Réservations au 01.48.78.06.68 ou augustetheatre@gmail.com (tarif à 12€ au lieu de 16€ en donnant le mot de passe "Dans l'ombre des studios")


-Il ne reste plus que quelques représentations pour applaudir Denis Laustriat dans Sugar au Vingtième Théâtre. Voix française d'Orlando Bloom (Le seigneur des anneaux, Pirates des Caraïbes), Mark-Paul Gosselaar (New York Police Blues) ou encore George Eads (Les Experts), Denis est un comédien d'une rare subtilité...
Réservations:
http://www.billetreduc.com/117345/evt.htm



Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

dimanche 12 octobre 2014

Décès de Louis Aldebert, ancien membre des Double Six

Une très triste nouvelle pour tous les passionnés de groupes vocaux: Louis Aldebert, membre fondateur des Double Six, nous a quittés vendredi 10 octobre à Los Angeles des suites d'une longue maladie.

Louis naît le 8 juin 1931 à Ismailia (Egypte), son père travaille alors à la Compagnie du Canal de Suez. En France, il découvre les clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés, et se lie d'amitié avec de nombreux jazzmen ainsi qu'avec les premières équipes de choristes "modernes" (Mimi Perrin, Jean-Claude Briodin, Jacques Hendrix, Ward Swingle, etc.).



Les Double Six : Tickle Toe (Jazz à Juan-les-Pins, 1964)
Solistes Louis Aldebert et Claudine Meunier
(avec également Monique Aldebert, Mimi Perrin, Bob Smart et Jean-Claude Briodin)



Bill Coleman et Louis Aldebert (1967)
Lancé dans le monde des studios d'enregistrement parisiens, Louis Aldebert accompagne bon nombre de chanteurs parmi lesquels Gilbert Bécaud, John William, Francis Lemarque, Henri Salvador. En 1959, il fait partie des fondateurs du groupe de jazz vocal Les Double Six, formation aussi brève que novatrice et extraordinaire. A ses côtés chez les Double Six, sous l'oeil du jeune directeur artistique Quincy Jones, Monique Guerin qui devient son épouse et avec qui il enregistre des chansons en duo sous le nom de "Monique & Aldebert", et compose des chansons pour Brigitte Bardot, Mouloudji, Jean-Claude Pascal, Régine, Danielle Darrieux, etc.


Monique & Aldebert: La Grande Cymbale (1963)


En soliste, on peut entendre chanter Louis dans Vivre pour vivre (1967) de Claude Lelouch, musique de Francis Lai, également sur une petite réplique des Demoiselles de Rochefort (1967). Il enregistre aussi plusieurs chansons Disney pour des livres-disques, seul ou avec Monique, sans que leur nom soit une seule fois mentionné sur les pochettes de disques. C'est grâce à mon amie Anne Germain et à sa formidable mémoire des voix que j'ai pu enfin en 2010 les "identifier" dans plusieurs titres parmi lesquels "L'amour c'est le refrain" (Bambi) et "Bella Notte" (La Belle et le Clochard).


Louis et Monique Aldebert: L'amour c'est le refrain


Dunes Hotel, Las Vegas, 1969
B. Arcadio, M. Aldebert, F. Ciccoli et L. Aldebert
En 1969, le couple est engagé avec deux autres chanteurs pour faire partie de la revue menée par Line Renaud au Dunes Hotel de Las Vegas. Tombés amoureux des Etats-Unis, Louis et Monique s'installent à Los Angeles. "The Aldeberts", leur nouveau nom de scène, enregistrent, composent et arrangent, jouent dans des clubs de jazz californiens, accompagnent quelques artistes comme choristes. Malgré une reconnaissance critique et le plaisir de côtoyer de grands musiciens américains, cette seconde partie de carrière sera assez difficile...

En 2005, Monique Aldebert a publié aux éditions Mémoires d'Oc ses souvenirs, De la musique avant toute chose. Je pense bien évidemment fort à elle et à sa famille.


Louis Aldebert : Il y eut le jour, il y eut la nuit (1967)
(Choristes: Bernard Houdy, Vincent Munro, Françoise Walle, Christiane Cour)



Remerciements à Jean-Claude Briodin.


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

mercredi 8 octobre 2014

Danielle Licari ce soir sur France Musique

Après avoir arrangé le mois dernier la venue de Claudine Meunier à l'émission "42ème rue" sur France Musique consacrée aux "Parapluies de Cherbourg" (émission à réécouter ici), j'ai été sollicité par Laurent Valière pour faire participer Danielle Licari à une autre émission spéciale "Parapluies".

Le spectacle des Parapluies de Cherbourg (dirigé par Michel Legrand avec Marie Oppert, Vincent Niclo, Natalie Dessay, Laurent Naouri) enregistré le mois dernier au Châtelet sera diffusé ce soir de 20h à 21h30 sur France Musique. 
La diffusion sera suivie d'une émission en direct (de 21h30 à 22h30) présentée par Laurent Valière avec en invités ma jeune amie Marie Oppert (17 ans, superbe Geneviève), Vincent Vittoz (metteur en scène)... et Danielle Licari, qui interviendra par téléphone.

Sa participation sera certainement, comme pour Claudine, très "symbolique", mais je suis heureux et fier de contribuer modestement à mettre en valeur nos chères "voix de l'ombre" sur une grande radio musicale nationale. 

Pour beaucoup d'entre nous, Danielle est la voix de Catherine Deneuve dans Les Parapluies de Cherbourg (1964), mais également la superbe interprète du Concerto pour une voix de Saint-Preux, l'accompagnatrice en "vocaliste" soliste ou choriste de nombreux artistes (Charles Aznavour "Mon émouvant amour", François Deguelt "Le ciel, le soleil et la mer", Michel Delpech "Chez Laurette"), la voix chantée de personnages de films musicaux (Hodel dans Un violon sur le toit) et de dessins animés (Aurore dans La Belle au Bois dormant). Une artiste magnifique, à qui j'aurai certainement l'occasion de consacrer un article prochainement...

(Mise à jour du 9/10/14: Pour écouter le concert et l'émission avec Danielle Licari, cliquez ici)


Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.

mardi 7 octobre 2014

Philippe Dumat : Mémoires d'un inconnu (Partie 7/7)

Une fois par semaine, retrouvez sur Dans l'ombre des studios un nouvel épisode des souvenirs de jeunesse du comédien Philippe Dumat... Dernière partie aujourd'hui...


Partie 4: Première tournéePartie 5: Première tournée (suite)Partie 6: Défense passive, Libération de Paris, Partie 7: Spectacles patriotiques à la Libération, Vidéo bonus)


Début décembre 44, quelques jours après ces belles pages artistiques, un coup de téléphone affolé de Jeckson me demande de sortir quatorze camarades de l’ennui. Il s’agissait de jouer trois jours plus tard La joueuse d’orgues à Aulnay-sous-Bois car la maladie d’un interprète plongeait la troupe dans le marasme. N’ayant pas ce chef d’œuvre à mon répertoire, je conseillai vivement à mon interlocuteur de s’adresser au bureau paritaire. Persuadé qu’il trouverait son bonheur de cette façon, j’ajoutai inconsciemment que dans le cas contraire il serait toujours temps de me faire signe. Qu’avais-je dit là ? Je n’avais fait que perdre 24 heures précieuses, à l’issue desquelles un nouveau S.O.S. me fut lancé :
« Viens vite nous voir, il faut sauver la situation ! Je te donnerai 300 francs, mais n’en parle à personne, car tous les autres ont 250. »
                Je me rendis, la mort dans l’âme, rue de l’Echiquier, pour chercher une brochure chez les organisateurs.
« -Alors, quel est le rôle ?
-Tu joues Savane père et Savane fils.
-C’est tout ? m’écriai-je, affolé.
-Ne t’en fais pas. C’est toujours le même qui joue les deux (sic). D’ailleurs, ils ne sont jamais ensemble. Et puis, ne te fais pas de souci, on possède bien la pièce, les camarades l’ont beaucoup jouée et on te soutiendra. Tu n’as rien à craindre ».
                J’étais encore bon pour une acrobatie et il n’était pas question de répéter. Je n’avais qu’à me ruer sur le texte et l’ingurgiter en 48 heures. Je me dois de dire que cette aventure ne m’excitait aucunement, en dépit des 300 francs promis. Tout ce travail, pour une fois ! Les rôles n’en finissaient pas de parler, à telle enseigne que le jour de la représentation, je savais virtuellement le Père… mais le Fils était des plus incertains. Oh ! L’horrible soirée ! Je devais me coller une barbe pour le Père et me présenter imberbe pour le Fils, ceci afin que les cinquante malheureux spectateurs qui somnolaient dans la salle, comprennent bien, qu’en dépit d’un air de famille, ils n’avaient pas affaire à des jumeaux. L’ennui de ce double rôle venait (entre autre) du fait que le père paraissait au premier tableau, le fils au deux, le père au trois, le fils au quatre, le père au cinq, le fils au six !!! Dieu merci, le père mourait avant le 7, mais cette gymnastique sensibilisait mon épiderme irrité par l’arrachage de la barbe à trois reprises… non quatre, car lors du dernier changement et alors que mon visage était couvert de vernis, une panne d’électricité me contraignit à appliquer mon postiche, avec les yeux de la foi. Bien entendu, le tout était de travers et je dus recommencer prestement et rageusement l’opération, au retour de la lumière. Et puis… il y avait eu le reste… Je m’étais vite rendu compte, au contact de la dure réalité, que j’étais peut-être celui qui savait le mieux son rôle. Le père Jeckson, affublé d’un orgue de barbarie portatif, avait à chanter une mélodie ravissante :
« Voici venir le temps des roses,
Des roses zé des lilas »
Ces paroles étant ad libitum, il ne s’en priva pas ! Ne sachant pas une broquille de son texte parlé, il glissait ostensiblement vers la coulisse pour tenter de capter les répliques que sa famille lui soufflait. Comme il était sourd et qu’il fredonnait à tout hasard « Le temps des roses-zé-des-lilas » pour meubler l’action, le public arrivait à entendre les répliques avant lui. J’avais le rouge au front. Au fil des tableaux, ma panique et ma honte laissaient place à la résignation et à quelques fous rires nerveux. En dépit de ma conscience professionnelle, je ne pouvais être plus royaliste que le roi et j’étais bien aise de voir la salle quasiment vide, tout en jouant moi-même dans le plus parfait anonymat. Dans les dernières scènes de Savane fils –et voyant bien que personne ne viendrait à mon secours- j’avais disposé le texte sur un tabouret, en coulisses, et je sortais constamment de scène, en disant à mes partenaires « Tiens, j’entends du bruit », ou « Quelqu’un ? » ou « On marche ! » ou « Je vous assure que nous ne sommes pas seuls ! »…  Je photographiais instantanément la page suivante, avant de revenir au supplice. Lorsqu’à la fin de cette abominable catastrophe, Jeckson me déclara qu’en raison de la maigre recette il ne pensait pas pouvoir me donner mes 300 francs, la colère m’envahit et, le prenant par les épaules –sans le respect que je lui devais- je lui promis de lui faire une grosse tête, s’il ne respectait pas sa parole. J’eus mon argent, car je ne l’avais pas volé.
                J’ai revu plusieurs fois ces braves gens, mais n’ai plus eu l’occasion de retravailler avec eux.

                En décembre 1944, si la guerre n’était pas finie, une immense partie de la France était libérée et les directeurs de tournées firent appel à un répertoire intouchable auparavant. Les pièces patriotiques illustrant les guerres de 1870 ou de 14-18, la résistance de l’Alsace, etc. J’ai su que Jeckson avait monté Les martyrs de Strasbourg. Les affiches étaient alléchantes : « Au 4ème acte, reconstitutions de Strasbourg en flammes » !!! En fait, une toile de fond représentait une rue avec quelques maisons écroulées et, de chaque côté de la scène, la famille agitait (dans l’obscurité) des bouts de journaux enflammés, en évitant de se brûler les doigts !
                Pour ma part, je fus engagé par Max Noiset pour Les Oberlés, pièce d’Edmond Haraucourt, d’après René Bazin. J’interprétais Von Farnow, l’officier allemand épris de la fille Oberlé. Le couple était forcément antipathique en regard du jeune patriote, Jean Oberlé (le fils), de sa jolie et héroïque fiancée alsacienne et du grand-père Oberlé, qui ne recouvrait l’usage de la parole, au dernier acte, que pour jeter au visage de Von Farnow : « Ici… Chez moi ! » en lui montrant la porte avec sa canne. J’ai rarement entendu un rôle aussi court rapporter à son interprète de telles acclamations ! En revanche, mon personnage collectionnait les injures et les menaces, puisque j’ai failli me faire casser la figure à trois reprises, à la sortie des artistes. Nous étions revenus à la belle époque du mélodrame, lorsque le public voulait faire son affaire au troisième couteau (lisez : le méchant de la pièce). Il faut dire que le récent souvenir de l’occupant était vivace au coeur des français et que l’uniforme kaki avait plus de prestige que le vert !
                Je m’étais entraîné, à la ville, au port du monocle et la morgue de mon personnage irritait, tout autant que les propos qu’il tenait. J’avais été dispensé d’aller quêter dans la salle, au profit des vieux artistes, car je n’aurais guère fait de recette. Un jour, des gens vinrent faire dédicacer leur programme, en évitant soigneusement ma loge et celle de ma pseudo-fiancée. Interpellant fourbement l’un des spectateurs, je lui demandai s’il avait passé une bonne soirée :
«-Oui Monsieur, mais pas grâce à vous !
-Ah bon ! Vous n’avez pas aimé ce que je faisais ?
-C’est votre uniforme, Monsieur.
-Je suis comédien, vous savez, il faut bien jouer ce rôle. Ca ne veut pas dire que je les regrette !
-Si Monsieur. Quand on joue comme vous le faites, c’est qu’on les aimait, les Boches ! »
                J’ai reçu ces propos en pleine face et ai remercié le monsieur, du beau compliment qu’il venait de m’adresser. Je ne pense pas qu’il ait compris…
                Le mois de janvier 45 fut très dur. Nous ne réussîmes à jouer que sept fois au total. Motif : en dehors de deux retours à Paris, prévus de par l’itinéraire, nous nous heurtâmes à d’incroyables difficultés de transport. Ponts coupés sur la Loire, neige épaisse, verglas, etc. qui nous mirent à rude épreuve et nous imposèrent des « relâches » forcés. J’ai souvenance d’un petit train breton qui devait nous emmener de Rennes à Becherel. Le voyage fut épuisant ! La locomotive avait du mal à traîner les trois wagons-miniatures, où nous grelottions de froid. Il était périlleux de traverser les routes, car l’intérieur des rails était verglacé et risquait de provoquer un déraillement. Parvenus dans une petite gare, nous avons du attendre fort longtemps, car le mécanicien ne pouvait ravitailler sa machine en eau… elle était gelée. Il brancha un tuyau sur le château d’eau pour faire fondre la glace, à l’aide de la vapeur. Désireux de me dégourdir les jambes, j’ai alors la bonne idée d’aller voir ce qu’il se passe, d’engager la conversation avec le brave conducteur, de m’extasier sur son matériel, de monter sur la locomotive et… tout en bavardant de la neige et du beau temps… de me déchausser avant de présenter mes pieds transis devant le foyer bienfaisant. Ce fut divin. Au bout d’un moment, le cheminot me dit alors, avec son bel accent du terroir :
« Bon, ben vous restez là ; je vais faire un tour et pisser. Quand elle chantera, vous tirerez là-dessus. »
                Ravi de l’aubaine, je restais là, à guetter un certain sifflement comparable au bruit de la cocotte-minute, je tirais alors sur une manette qui expulsait la vapeur, hors de la chaudière. Quand tout fut en ordre, il y eut le dernier intermède comique de cette aventure. On fit entasser ce qui restait de voyageurs dans un seul wagon et on détacha les deux autres, avec tous les gros bagages, afin que le convoi, ainsi allégé, puisse être capable de gravir une côte redoutable, paraît-il !
                Nous sommes donc repartis, épuisés et sans valises, à Becherel, à l’heure où d’habitude notre spectacle prend fin. Nous aurions d’abord été incapables de nous produire sur scène, après une telle épreuve. Nous avons pu récupérer le lendemain la soirée perdue… en même temps que nos bagages.
                A peine rentré à Paris, nous devions effectuer un déplacement à Troyes. Cette unique représentation se solda, avec le voyage aller-retour par une absence globale de trois jours et une épreuve physique démesurée par rapport au gain et à la distance parcourue.
                Non, le métier d’acteur n’est pas un métier de fainéant, comme beaucoup se plaisent à le croire, en ignorant certains de ses dessous.

                En février 45, l’accumulation des durs moments passés se traduit par une mauvaise angine qui me cloue chez moi durant huit jours. Je suis remplacé, car le spectacle continue et personne n’est irremplaçable. Je reprends mon service le 13 à Niort. L’itinéraire, un peu nouveau pour moi, nous emmène vers le sud et j’ai 20 ans à Tarascon. Nous avons fait une incursion dans le midi-moins-le-quart et ne tardons pas à remonter vers le nord de la France. Il faut reconnaître que le circuit est hybride, zigzagant, incohérent et donc… fatigant. Nous avons tout de même l’honneur de quelques chefs-lieux de département, mais le plus clair de notre temps se passe dans le chemin de fer, sur les quais de correspondance, donc au gré des horaires de la SNCF (de la « cé-n-cé-cef » comme devait me le dire ultérieurement un administrateur de tournée fâché avec la prononciation de ce sigle !).
                Les journées, les kilomètres, les représentations s’accumulent sans pour cela donner lieu à des anecdotes valables ; c’est la vie quotidienne de chacun, à la fois laborieuse, riche, gaie, triste, et souvent effacée. Tout à coup, vous êtes le 20 mai 1945, il fait beau, l’Allemagne a capitulé quelques jours auparavant et vous vous trouvez à Montchanin-les-Mines (Saône-et-Loire) car vous jouez au théâtre, le soir. Il y a dans la localité une animation due aux premières communions. Il est à peu près 3 heures de l’après-midi et vous vous trouvez dans une salle, au rez-de-chaussée de l’Hôtel des Négociants, où vous êtes descendu. Maintenant, vous vous mettez à ma place.
                Il y a quelques personnes attablées et un petit groupe, composé de trois hommes, dont deux jeunes militaires en uniforme, assez grands, qui conversent entre eux, sans crainte de gêner leurs voisins. Le plus âgé des trois, un homme d’environ quarante ans, lance de fréquents regards dans ma direction. Je sens qu’on parle de moi. Le moment arrive où ce monsieur s’approche de moi et se présente :
« -Parizet, marchand de bestiaux. « Le caïd » dans la Résistance.
-Dumat, comédien. »
                Il m’offre un verre, en compagnie de ses deux sbires et après échange de quelques banalités me parle de résistance, de milice, d’allemands, sujet sur lequel je suis très apte à la discussion, de par mon intérêt pour les faits de guerre. « Le caïd » paraissait assez excité et je me rendais compte que la première communion d’un petit ange de ses relations avait été pour lui prétexte à force libations. Il m’offrit un second verre, puis un troisième ; j’avais la faiblesse d’accepter à chaque fois car mes premières et timides hésitations à le faire m’attirèrent une menaçante invitation à trinquer. Puis, la situation devint démente sans que (et pour cause) je puisse imaginer la tournure que prendraient les événements. Sortant son portefeuille, Parizet me montra d’abord des liasses de billets de banque :
« Vous voyez, j’ai de l’argent, moi ! Vous me demanderiez de vous prêter 200.000 francs… hop ! … facile. »
                Puis, la conversation s’engagea sur ma profession. Mon interlocuteur était tout surpris d’apprendre qu’il y avait théâtre le soir à Montchanin. J’ai toujours été étonné du peu d’intérêt suscité par les affiches, surtout dans les localités où les spectacles sont plutôt rares.
«- Vous me dites que vous êtes artiste, je veux bien le croire, mais êtes-vous en mesure de me le prouver ?
-Venez ce soir au théâtre, vous verrez bien.
-Non. Je veux dire que moi, je peux vous prouver que je suis marchand de bestiaux, insista mon interlocuteur, en me présentant une carte professionnelle. »
                Devant tant de suspicion imbécile, j’exhibai alors ma propre carte corporative. A cette époque, les artistes appartenaient au C.O.E.S. puisqu’il n’y avait pas de syndicats (Comité d’Organisation des Entreprises du Spectacle, pour ceux que cela intéresserait). Saisissant ma carte, Parizet l’empocha après l’avoir lue.
« -Voulez-vous me rendre ce papier, s’il vous plaît.
-Non, je le garde.
-Ecoutez, j’ai assez ri. Je vous demande de me redonner ma carte.
-Vous voulez boire un verre ?
-Non, Monsieur, j’ai assez bu et les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. »
                Puis Parizet me parla en allemand.
«- Je ne comprends pas cette langue et je vous demande, en français, de me rendre cette carte.
-Vous connaissez Darnand ?
-Evidemment, répondis-je, qui ne connaît pas le nom du chef de la milice ?
-Ah ! Ah ! triompha mon encombrant interlocuteur qui ajouta : Je vais téléphoner au brigadier de gendarmerie. »
Puis, il remit ma carte du C.O.E.S. à l’un des deux jeunes militaires en lui ordonnant de la garder. Lorsqu’il se fût éloigné, je demandai à l’intéressé de me rendre la carte, en lui disant sur un ton badin : « Votre ami m’a l’air d’avoir bu un coup de trop, maintenant j’ai autre chose à faire. »
                Sans aucun humour, le soldat me répondit avec un air menaçant : « Le chef m’a dit de la garder, je la garde ».
                Sans rien comprendre à ce qui m’arrivait, une espèce de malaise diffus m’envahissait. Revenant du téléphone, Parizet m’avertit que le brigadier de gendarmerie allait venir.
« -Tant mieux, répliquai-je… à tout hasard.
-Vous venez faire un petit tour avec nous, en voiture ? proposa le caïd.
-Non, Monsieur, je n’en ai pas envie. »
                Sortant un révolver 9 mm de sa poche, le marchand de bestiaux eut un rictus désagréable pour me répondre un « dommage » bourré de sous-entendus… J’étais très mal dans ma peau, lorsque le patron de l’hôtel passa près de nous. Allant à lui, j’essayais de savoir ce qui se passait.
« -Ne vous énervez pas, me dit-il, il est un peu gai.
-C’est possible, mais il a le vin méchant. Je vous demande de lui préciser que je suis un client de passage et que tout ça est un peu long.
-Vous comprenez, c’est une personnalité importante de la résistance, dans la région !
-C’est possible, seulement il m’emmerde. Je ne suis pas une personnalité, mais j’ai fait ce que j’ai pu dans ce domaine et je ne vais pas lui raconter ma vie. »
                Très peu de temps après, un brigadier de gendarmerie fit son entrée dans la salle et alla vers Parizet. Ma carte professionnelle passa dans les mains du représentant de la loi ; les deux soldats sortirent (détail important) et le caïd offrit un verre au gendarme, qui accepta nonobstant son uniforme. Les deux hommes faisaient patia-patia, en se tournant souvent dans ma direction, ce qui me confirmait que l’on parlait de moi. Je me faisais vraiment l’effet d’un coupable qui se croit innocent et j’étais sur la sellette en pensant au sentiment horrible que doit éprouver la victime d’une erreur judiciaire.
                Après d’interminables palabres, le brigadier vint à moi. Je me rappelle avoir alors éclaté :
«- Voulez-vous, s’il vous plaît, me restituer ma carte d’artiste, que ce monsieur m’a volé !
-Calmez-vous, Monsieur, ça va s’arranger. J’ai pris votre défense !
-Comment, ma défense ?
-Oui, vous comprenez… Monsieur Parizet est une personnalité importante…
-Ca je commence à le savoir, mais qu’est-ce que je lui ai fait ?
-Eh bien… Il vous reconnaît !
-Je ne l’ai jamais rencontré.
-Oui mais lui est sûr de vous avoir vu habillé en milicien…
-Quoi ? m’écriai-je indigné.
-Oui, on peut se tromper, n’est-ce pas ?
-Non, brigadier, c’est trop grave. Il m’a menacé d’un révolver ! Si j’avais été « me promener » avec lui et ses deux acolytes, ils n’avaient qu’à me vider leur chargeur dans le ventre.
-Oh ! Tout de même pas !
-Comment, mais il est saoul ! Alors, il n’a qu’à venir ce soir au théâtre, il pourra m’accuser demain d’avoir porté l’uniforme allemand. C’est trop commode ! »
                Le gendarme me montra ma carte en me faisant remarquer que « le caïd » avait été troublé par la mention imprimée « Carte de collaborateur artistique ». J’avoue que ce détail n’avait jamais éveillé le moindre doute dans la profession. On frémit devant cette sorte de malentendu !
                Un immense brouhaha venant de la rue interrompit notre conversation. Quelqu’un entra :
« Monsieur Parizet ! Un accident ! Venez vite ! »
                Le justicier sortit en trombe, suivi du brigadier, de l’hôtelier et... de votre serviteur qui courait toujours après sa justification sociale. Un véritable drame venait de se produire. Les deux jeunes soldats, passablement éméchés, s’étaient installés dans la voiture de Parizet, après avoir quitté la salle de l’Hôtel des Négociants. Ils avaient mis le moteur en marche, bien que ne sachant pas conduire, et le véhicule avait presqu’aussitôt accroché une malheureuse jeune femme qui circulait à bicyclette, regagnant son domicile après une première communion en campagne. Le conducteur, affolé, avait accéléré au lieu de freiner, traînant sur plus de cinquante mètres sa victime. Transportée chez le pharmacien voisin, qui avait ouvert sa porte pour la circonstance, la pauvre femme mourut en quelques minutes. Tout le monde était horrifié, particulièrement moi qui réalisais, avec la mort d’une inconnue, à quoi j’avais peut-être échappé.
                Arrivée d’autres gendarmes, arrestation des chauffards, réprobation unanime des badauds. J’ai lâchement profité de toutes ces circonstances pour dire quelques mots bien sentis au « caïd » et cela suffisamment fort pour que l’entourage en profitât. Après l’avoir traité d’individu dangereux et lui avoir rappelé qu’il était civilement responsable de l’accident occasionné par ses subordonnés, je lui conseillais de se préparer à sortir les nombreuses liasses de billets de banque dont il aurait besoin en la circonstance. J’ai ensuite déclaré au brigadier que je portais plainte pour les calomnies et les menaces dont j’avais été l’objet.
« Ecoutez, Monsieur, voilà votre carte d’artiste ; pour le reste, je n’ai pas le temps de m’occuper de ça ! Car il y a un mort et c’est plus important que votre histoire ! Dans quelques jours, on verra ! »
                Bien sûr, l’affaire en est restée là, car moi j’étais en route pour d’autres épisodes… mais il faut reconnaître que l’incident fut particulièrement déplaisant et son dénouement tragique.

                Afin de sortir de la monotonie et éviter la mécanisation de nos personnages (ce sont, du moins, les arguments que j’employais pour persuader mon directeur d’accepter une permutation de rôle, entre mon camarade G. Peyrou et moi), je proposais de laisser « Von Farnow » à Peyrou et de jouer Jean Oberlé. L’expérience amusait l’intéressé autant que moi et Noiset ne refusa pas. Ce qui fut dit fut fait, je trouvais Georges parfait en officier allemand, le monocle lui allait mieux qu’à moi. Il hérita aussi des insultes et de l’antipathie réservées au rôle, tandis que par inférence, les applaudissements saluaient mes répliques. En dehors de tout cabotinage, croyez-moi, on s’habitue très bien à se faire acclamer toutes les cinq minutes !
                Pour varier les plaisirs, Noiset avait décidé de repasser dans quelques endroits avec un autre spectacle et c’est pourquoi nous avons appris et répété (tout en voyageant avec Les Oberlé) une pièce, Terre de feu. J’avais hérité du rôle de Louverné, un vieux paysan enrichi et exploiteur, lequel en outre, n’avait pas fait la guerre de 14. Cette vieille carne antipathique se faisait chasser à coup de pierres de son village, après une jolie algarade mélodramatique avec son garçon de ferme. Le rôle de ce dernier (un sympathique titi qui avait eu la chance de « faire » Verdun) était tenu par Noiset lui-même. Il se payait un joli triomphe populaire en répliquant à mon personnage :
« Je suis Jupin Anatole, caporal au 4ème zouave, décoré à Verdun… et je vous dis merde ! »
                Un ennui cependant, Terre de feu était un spectacle très court et la direction avait eu l’idée de compléter la soirée avec une pièce en un acte : La Libération de Paris écrite par un jeune auteur à jamais méconnu, pour le plus grand bien de tous. Comment résumer ce petit chef d’œuvre ?
                Nous sommes au domicile d’une modeste famille française et l’on se bat dans Paris, qui se libère. A tour de rôle, le père, la fille et le fils quittent la maison, sous des prétextes divers. Restée seule, la mère ouvre alors un placard, duquel sort un parachutiste américain, qu’elle cachait en secret. J’étais ce G.I. à l’accent incertain, attifé d’oripeaux divers, dont une paire de bottes allemandes, prélevées personnellement à l’ennemi, par mes soins. En soi, déjà, mon accoutrement était ridicule. Rentrant à l’improviste, le père découvrait le parachutiste, la mère avouait son secret tandis que le père, bouleversait, révélait à sa moitié que lui-même appartenait à la Résistance à l’insu de sa famille. Ensuite, c’est le retour de la fille qui ne peut cacher plus longtemps à ses parents sa qualité de résistante. Inquiétude pour le fils qui, naturellement, était lui aussi un héros de la résistance, ainsi que nous l’apprend un pompier du quartier, venu avertir sa famille que le petit est tombé glorieusement sur une barricade. Je précise que le pompier était interprété par un très vieil acteur de la troupe : Charles Parc, 75 ans. Apparaissaient enfin une civière, sur laquelle gisait le fils mort, et le reste de la troupe, portant ou escortant le corps, recouvert d’une drapeau français. Après les larmes d’usage, une vibrante Marseillaise éclatait, jusqu’à ce que le rideau tombe.
                La première mondiale eut lieu à Gray (Haute-Saône). La salle commença à sourire à la vue du parachutiste et de son habillement. L’arrivée du père, puis de la fille ainsi que le misérable rebondissement de leurs aveux réciproques, augmentèrent les rires du public. L’apparition du vieillard, déguisé en pompier, provoqua une franche hilarité, tant le personnage était peu crédible. Des rafales de rires et de sifflets railleurs accueillirent l’entrée de la civière et du héros frappé à mort. Les lazzis du public allaient de pair avec les larmes de la famille douloureuse. La Marseillaise nous sauva des pommes cuites et l’audience se leva avec patriotisme, à l’écoute de l’hymne national.
                La Libération de Paris se joua en deuxième et dernière mondiale quelques jours plus tard et la réaction nous confirma que l’œuvre avait un vice de forme. La troupe toute entière avisa Max Noiset qu’elle refuserait à l’avenir d’interpréter ce navet. Il y eut quelques menaces ou mots aigres-doux, mais la cause fut entendue et Terre de feu se joua une troisième et ultime fois, sans l’autre pièce.
                Parmi les localités traversées par la troupe et éclairées de notre culture, je citerai Ruffec, où une chauve-souris gâcha notre soirée, en nous survolant tout au long des actes. A cette époque, j’ignorais que ce chiroptère était à l’origine de l’intervention du radar et qu’en conséquence, elle ne risquait pas de nous heurter maladroitement. Il n’empêche que nous avons beaucoup joué en baissant la tête, pour fuir les frôlements. L’animal perturbait le public après chaque note et revenait sur nous lorsque la salle s’éteignait et que le rideau ouvert ramenait le point lumineux qui l’attirait et l’affolait.
                Il y eut aussi Matha, où la visite d’une fabrique de Pineau des Charentes nous enivra, tant par la dégustation que par l’odeur d’alcool flottant dans l’air. Puis Bazoges-en-Pareds, petite localité qui est le berceau de Clémenceau et du Maréchal de Lattre de Tassigny.
                En juillet 45, nous avons arpenté la Bretagne en commençant le dimanche 1er (deuxième anniversaire de mes débuts) par une matinée à Saint Michel-Mont-Mercure et une soirée à Saint Philbert-du-Pont-Charrault. Quelques villes importantes, telles Saint-Brieuc, Brest, Quimper, mais aussi… Cugand, Martigné-Ferchaud, Bain-de-Bretagne, Grand-Fougeray, Cléguerec !!! Le 14, notre fête nationale ne fut pas la mienne, car nous nous embarquâmes à Quiberon sur un petit bateau de pêcheur, afin de rallier Belle-Ile.
                Toujours très doué, j’avais choisi la seule place à éviter, c’est-à-dire le nez au-dessus du tuyau d’échappement du moteur. Le joyeux teuf-teuf et les effluves de mazout me rendirent proprement malade tout le long de la modeste traversée. Nous jouions le lendemain soir dans une espèce de salle des Fêtes. Notre surprise fut grande en découvrant qu’il n’y avait aucun siège pour les spectateurs du Palais (le Palais étant le nom de la capitale insulaire, plus que celui de l’établissement). Qu’à cela ne tienne, la salle fut comble et les gens tous assis car chacun, selon l’habitude, avait apporté sa chaise !
                Mes « galas » avec Max Noiset s’achevèrent en apothéose, à la fin du mois, à Saint-Aubin-du-Cormier et Saint-Brice-en-Coglès… Une nouvelle page à tourner et deux mois parfaitement creux pour suivre.

                Il ne me viendra pas à l’idée de me plaindre de cet arrêt de travail forcé puisqu’il m’a permis de passer quinze jours dans le cadre paradisiaque de la Côte d’Azur. J’ai découvert ce lieu privilégié grâce à la gentille invitation de la marraine de ma mère, qui possédait à Villefranche sur Mer une superbe villa surplombant la rade. Ce séjour de rêve fut de ceux qui laissent de la joie au cœur, tant par le bien-être ressenti que par la chaleur de l’accueil ou la beauté des paysages environnants.
                Le retour a quelque peu terni mon plaisir, car les chemins de fer n’avaient pas retrouvé la cadence et l’efficacité qui sont leur apanage, en dehors des guerres et des grèves ! Je suis parti vers 8h du matin et n’ai guère passé moins de 23h dans les soufflets d’un train surchargé. Même dans cet endroit instable et bruyant, nous trouvions le moyen d’être quatre ! A la fraîcheur du matin succédèrent la chaleur de l’après-midi et la froidure de la nuit. Pendant cette longue épreuve mes compagnons de route avaient réussi à me circonvenir afin qu’on se tape une « petite belote ». Je vous recommande la partie de cartes, assis sur une valise disposée verticalement, laquelle exécutait un perpétuel mouvement rotatoire, du fait du va-et-vient du soufflet. Aujourd’hui, on a découvert la relaxation en faisant vibrer électriquement votre matelas… Je ne suis pas convaincu mais là, je l’étais encore moins, car la danse de Saint-Guy, entre deux wagons, fait à peine rire un quart d’heure !
                Comme il faut toujours essayer de se satisfaire avec l’inévitable j’en arrivais presque à me réjouir de n’être pas installé devant les WC. A cet endroit, les six enfants d’une malheureuse femme n’arrêtaient pas de brailler, constamment torturés par des envies bien naturelles ou réveillés par les besoins d’autrui, lorsqu’ils étaient parvenus à fermer les yeux. Je ne transcrirai pas mes diverses pensées durant ces 23 heures et me ferai plaisir en pénétrant tout de suite en Gare de Lyon (à Paris).
                A voir les ectoplasmes qui descendaient du train, je pouvais juger de mon propre état de décomposition. Une idée folle traversa mon cerveau : « Je vais me payer un taxi après cette épopée ! ». Las ! La monstrueuse file d’attente qui piétinait devant la station déserte, m’ôta tout espoir. Je n’étais ni vieux, ni infirme, ni enceinte. Je n’étais qu’un jeune homme fatigué, ce qui me situait à l’arrière ban des « ayant-droit » à la priorité.
                C’est alors qu’au milieu de cette foule énorme, une femme d’une cinquantaine d’années, en pantalon, les cheveux coupés dans un style viril, s’approcha de moi, alors que je me résignais à emprunter le métro. Elle était le doigt du destin pointé sur le merveilleux pigeon que j’étais :
« -Vous cherchez peut-être un véhicule ?
-Oui, Madame.
-Où allez-vous ?
-Vers l’Etoile.
-J’ai ce qu’il vous faut. »
                Elle m’entraîna par le bras, en me persuadant qu’elle était mon sauveur, et me fit descendre jusqu’en bas des marches de la gare. Là, elle présenta une minuscule petite voiture à pédales, comportant deux places et… quatre pédales ! Un pédalo pour route, en quelque sorte. Je fus rapidement embobiné et donc d’accord sur les 300 francs que me coûterait la course, étant entendu que je fournirais l’aide de mes pieds ! Dans un état de semi-abrutissement, je pris place à côté d’elle et, la valise coincée derrière nous, elle s’empara du volant :
« Attention ! Un, deux, vous pédalez en même temps que moi ; quand je dirai stop, vous arrêtez pour que je change de vitesse ».
                La voiture démarra en même temps qu’un interminable monologue de la dame :
« -Il faut bien s’entraider, n’est-ce pas Monsieur ?
-Oui, Madame.
-Je suis seule dans la vie depuis que mon salaud de mari m’a plaquée. Attention, stop, je change de développement. »
                Je pensais au fond de moi « Elle devait le battre et il s’est enfui ». Le ron-ron persécuteur de ma conductrice était ponctué d’impératifs coups de trompe, qui nous signalaient à chaque croisement. Vous savez, le genre poire qui fait « pouët-pouët » ! De temps à autre, un chauffeur d’autobus nous invectivait de toute sa hauteur, car il s’avérait que nous étions petits, mais gênants ! La sueur envahissait mon front, surtout dans les côtes. Nous étions la risée générale :
« -Hue cocotte ! Vas-y mignonne !
-Ta gueule ! lançait mon chauffeur.
-Alors, fainéant, t’as pas honte de te faire traîner par une gonzesse ?
-Merde ! » répliquait mon ingénue, qui prenait ainsi ma défense.
                Le rouge de ma honte s’ajoutait à celui de ma lassitude. Le comble fut atteint pour moi, après un changement de vitesse, alors que nous roulions à tombeau ouvert et qu’un agent très en colère nous apostropha :
« -Est-ce que vous allez circuler ?
-Je ne peux pas aller plus vite que le violon, espèce de c… » répliqua ma douce compagne !
                Dieu merci, nous étions hors de portée. Peut-être me suis-je senti grotesque pour toutes les fois où je n’ai pas cru l’être. Modestes embouteillages compris, nous n’avons pas mis deux heures pour effectuer le trajet ; mais quel bon moment j’ai passé là ! Tel un automate, je m’immobilisais aux stops, et repartais sur « Pédales » ! A l’Etoile, je renaissais à l’espérance, bien qu’abruti par les malheurs de ma harengère, les quolibets, les pouët-pouët ! Un dernier aboiement, un coup de frein et notre engin s’immobilisa rue des Acacias, sous l’œil goguenard du concierge.
« Alors, Monsieur Philippe, on revient de voyage ? »
                Je m’extirpe alors du véhicule, éreinté, suant et douloureux. Il ne me restait plus qu’à sortir mes 300 francs, avec la désagréable impression que j’aurais bien mérité de les gagner. Sur le pas de la porte cochère, mon interlocutrice, fraîche comme une rose-pompon, me rappelle alors qu’elle est toujours à ma disposition, Gare de Lyon, et au même endroit (sauf, je suppose, lorsqu’elle a trouvé un gogo dans mon genre). Puis elle ajoute avec une candeur à couper le souffle :
« C’est dommage que vous ne soyez pas venu huit jours plus tard, je vais avoir un petit moteur ! »


                Au début d’octobre 45, j’ai retrouvé le contact avec la scène grâce, une fois encore, à Maurice Hilbert qui avait hérité de la direction artistique du théâtre municipal d’Epernay. Cette agréable petite ville…

Ainsi s'arrêtent les "mémoires inachevées" de Philippe Dumat... Merci à tous nos lecteurs pour leurs charmants messages. 

J'aurai le plaisir d'animer au prochain Salon des Séries et du Doublage (samedi 22 novembre 2014, Paris) une rencontre "Che n'ai rien fu, rien entendu: Hommage à Philippe Dumat par l'équipe du doublage de Papa Schultz" en compagnie des comédiens Patrick Floersheim, Regis Ivanov, Roger Lumont, Michel Mella, Michel Muller, Odile Schmitt et de quelques invités surprise. Plus d'infos à venir sur "Dans l'ombre des studios".

En "bonus", une vidéo de Philippe prise lors d'une réunion familiale en mai 2005, dans laquelle il raconte ses débuts dans la chaussure. Un grand merci à Babette Dumat, Alexis Lalouette et Greg .







(c) Philippe Dumat / Dans l'ombre des studios




Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.




dimanche 28 septembre 2014

Unreleased recording: "Pavane for a dead Princess" (Ravel) by The Swingle Singers (1967) / Enregistrement inédit: "Pavane pour une infante défunte" (Ravel) par les Swingle Singers (1967)


In 1967, in a Parisian studio, The Swingle Singers recorded their album "Spanish Masters" ("Sounds of Spain/Concerto d'Aranjuez" in France) paying tribute to great spanish composers. Among the tracks recorded there is a wonderful arrangement of Maurice Ravel's "Pavane for a dead Princess" (Ravel was a French composer very inspired by Spain, in which he had some roots).

Unfortunately, Maurice Ravel's heir (his brother Edouard's driver) opposed to the release of this track. Ward Swingle then decided to replace the "Pavane" by Rodrigo's "Concerto d'Aranjuez" who will eventually gave its name to the album. The Swingle Singers incorporated the "Pavane for a dead Princess" in their tour list, but it was never put on records, neither in the 60s, nor in Philips CD releases.  


With permission and support from four of my friends in the "Swingle Singers" (Claudine Meunier, Hélène Devos, Jean Cussac and José Germain), I am glad to give you this wonderfully harmonized and absolutely unreleased recording on my page "Dans l'ombre des studios".

Composed by Maurice Ravel /Arrangements by Ward Swingle

Sopranos: Christiane Legrand (solist) and Jeanette Baucomont
Alti: Claudine Meunier and Hélène Devos
Tenors: Ward Swingle and Jo Noves
Bass: Jean Cussac and José Germain
Drums: Daniel Humair/ Double bass: Guy Pedersen

I invite you also to read my interviews (with rare pictures and videos of The Swingle Singers) of Swingle Singers Anne Germain and Claudine Meunier.

Follow all news from "Dans l'ombre des studios" by clicking on "Like" on the Facebook page.



En 1967, les Swingle Singers enregistrent dans un studio parisien l'album "Sounds of Spain/Concerto d'Aranjuez" ("Spanish Masters" aux Etats-Unis), rendant hommage aux grands compositeurs espagnols. Parmi les titres enregistrés figure un arrangement de la superbe "Pavane pour une infante défunte" de Maurice Ravel, compositeur français très inspiré par l'Espagne dont il avait quelques origines.

Programme tournée 1971
Malheureusement, l'héritier de Maurice Ravel (le chauffeur de son frère Edouard) s'oppose à la sortie de ce titre. Ward Swingle décide alors de remplacer la "Pavane" par le "Concerto d'Aranjuez" de Rodrigo, qui donnera finalement son nom au disque.
Les Swingle Singers incluront la "Pavane pour une infante défunte" dans leur répertoire de tournée, mais elle ne sera jamais gravée sur disque, ni à l'époque, ni lors des éditions CD Philips.

Avec l'autorisation et le soutien de quatre de mes amis "Swingle Singers" (Claudine Meunier, Hélène Devos, Jean Cussac et José Germain), j'ai le plaisir de vous offrir sur "Dans l'ombre des studios" cet enregistrement superbement harmonisé et totalement inédit.

Composé par Maurice Ravel / Arrangements: Ward Swingle

Sopranos: Christiane Legrand (soliste) et Jeanette Baucomont
Alti: Claudine Meunier et Hélène Devos
Ténors: Ward Swingle et Jo Noves
Basses: Jean Cussac et José Germain
Batterie: Daniel Humair / Contrebasse: Guy Pedersen

Je vous invite à lire également mes interviews des Swingle Singers Anne Germain et Claudine Meunier  (avec de rares photos et vidéos).

Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.



mardi 2 septembre 2014

Claudine Meunier invitée à l'émission "42ème Rue" (France Musique)

A l'occasion de la création des Parapluies de Cherbourg à la rentrée au Théâtre du Châtelet, Laurent Valière organise pour son excellente émission "42ème Rue" un concert privé avec des extraits du spectacle et interviews des artistes (Michel Legrand, la formidable Marie Oppert (jeune talent à surveiller de près!), Vincent Niclo, Natalie Dessay, Laurent Naouri) demain à 11h30 au foyer du Châtelet (entrée libre). L'émission sera diffusée sur France Musique dimanche 7 septembre de 11h à 12h.

A cette occasion, avec mon concours, mon amie Claudine Meunier (voix de Madeleine dans le film) a accepté de se joindre aux participants de l'émission pour évoquer les chanteurs originaux du film de Jacques Demy. Ne manquez pas ce rendez-vous!

Pour rappel, liste des mes articles concernant des chanteurs des musiques de films de Jacques Demy:

-Interview d'Anne Germain (Delphine dans Les Demoiselles de Rochefort, Peau d'âne dans Peau d'âne)
http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2014/05/anne-germain-chanter-la-vie-chanter-les.html

-Hommage à José Bartel (Guy dans Les Parapluies de Cherbourg, Bill dans Les Demoiselles de Rochefort)
http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2012/11/hommage-jose-bartel.html

-Portrait de Claudine Meunier (Madeleine dans Les Parapluies de Cherbourg, Esther dans Les Demoiselles de Rochefort)
http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2014/04/joyeux-anniversaire-claudine-meunier.html

-Interview de Jean Stout (Lancien dans Les Demoiselles de Rochefort)
http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2011/05/jean-stout-baloo-petit-jean-et-les.html

-Portrait de Jean Cussac (Dubourg dans Les Parapluies de Cherbourg, Un garçon de ferme dans Peau d'âne)
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4411

-Portrait de José Germain (Le patron du café dans Les Parapluies de Cherbourg)
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4827

-Hommage à Christiane Legrand (Mme Emery dans Les Parapluies de Cherbourg, Judith dans Les Demoiselles de Rochefort, La Fée des Lilas dans Peau d'âne)
http://danslombredesstudios.blogspot.fr/2011/11/hommage-christiane-legrand-1930-2011.html




Suivez toute l'actualité de "Dans l'ombre des studios" en cliquant sur "j'aime" sur la page Facebook.